Wild Spirits
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas

Aller en bas 
AuteurMessage
Perce-Neige
Coureuse
Perce-Neige
Age : 21
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 59
Infos fermées
MessageSujet: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyDim 15 Mar - 21:37

Le soleil était déjà presque couché, Perce-Neige avait été chargée par Étoile de Rose de mener une patrouille de chasse. La guerrière avait choisi ses deux frères pour l’accompagner, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas pu profiter d’une sortie avec eux. C’était l’occasion de partager un bon moment et de se rappeler du bon vieux temps. Après s’être bien éloigné du camp et après avoir eu le temps de discuter, le groupe s’était séparé pour chasser plus efficacement et plus tranquillement.

Les proies se faisaient encore rares mais la situation s’était largement améliorée avec l’arrivée imminente de la saison des Feuilles Nouvelles et le retour de la chaleur. Désormais, Perce-Neige ne se gelait plus les pattes lorsqu’elle sortait du camp et elle pouvait apprécier les doux rayons du soleil qui venaient parfois réchauffer sa fourrure immaculée. Ce soir-là, la chasse s’était très bien déroulée, la guerrière avait déjà enterré un lapin un peu plus tôt et elle venait tout juste d’achever un petit campagnol qui n’était pas rentré à temps dans son terrier.

La guerrière hésita à rejoindre ses compagnons de chasse mais décida d’essayer d’attraper une dernière proie, le Clan avait plus que besoin de nourriture en cette fin de Mauvaise Saison. Après avoir rapidement enterré le campagnol, la guerrière se remit en route, en remuant le museau, à la recherche d’une autre victime. L’odeur qui vint jusqu’à elle lui déplu et la guerrière mit tous ses sens en alerte, les yeux emplis de méfiance. Une odeur qu’elle n’aurait jamais pu manquer, tant elle inspire la peur chez les guerriers du Clan, et pour cause puisqu’elle appartenait à un de leur ennemi naturel, le renard.

La piste semblait déjà datée d’il y a quelque temps mais aucun guerrier ne semblait l’avoir repérée puisque Perce-Neige n’en avait jamais entendu parler au camp. Cela dit, l’odeur était très légère, le renard n’avait sans doute fait que passer rapidement. La guerrière au pelage blanc décida tout de même de pister l’odeur du prédateur pour vérifier qu’il avait bien quitté le territoire du Clan du Vent. Se doutant qu’elle n’allait pas croiser l’animal et que cela n’allait pas lui prendre énormément de temps, elle ne prit pas la peine de prévenir ses deux camarades de chasse et mit en marche.

La piste la mena peu à peu vers le Chemin du Tonnerre, elle entendait de plus en plus clairement les bruits des monstres filer à toute vitesse sur la bande noire qui servait de frontière avant le Clan de l’Ombre. Lorsqu’elle aperçut enfin le Chemin du Tonnerre, un petit frisson vint lui traverser le dos, elle n’aimait pas cet endroit. Son frère avait déjà failli y perdre la vie et Perce-Neige en faisait encore des cauchemars.

L’odeur du renard s’était mêlée à celle des monstres et la guerrière ne fut plus capable de la distinguer. L’animal avait sans doute traversé la longue bande noire et se trouvait désormais sur le territoire du Clan de l’Ombre. Le Clan du Vent ne risquait plus rien, c’était désormais le problème de leur voisin. Alors que la guerrière allait faire demi-tour, elle aperçut du mouvement de l’autre côté de la frontière. Un guerrier au pelage gris et noir venait de faire son apparition, il ne l’avait pas vu et continuait sa route. C’était un guerrier du Clan de l’Ombre, Perce-Neige se devait de le prévenir pour le renard. Elle tenta donc de l’appeler, mais les monstres passant à toutes allures à côté d’elle étouffaient ses miaulements.

La guerrière prit son courage à deux pattes, attendit le bon moment et traversa le Chemin du Tonnerre. En arrivant de l’autre côté, elle eut un nouveau frisson, elle détestait réellement cet endroit. Elle appela à nouveau le guerrier en trottinant doucement vers lui :

« Bonjour. Excuse-moi de pénétrer sur le territoire du Clan de l’Ombre, je viens sans aucune mauvaise intention, je voulais juste vous prévenir que j’ai repéré la trace d’un renard qui se dirigeait vers votre territoire. »

La guerrière se sentait un peu mal à l’aise en territoire ennemi. Cela dit, elle ne cherchait nullement à leur voler leur proie et n’avait aucune mauvaise intention. Le guerrier n’avait aucune raison de l’attaquer. Elle reconnut finalement le matou qui lui faisait face, il ne s’était jamais montré hostile envers elle les quelques fois où elle l’avait croisé, elle n’avait sans doute pas à s’inquiéter. Son nom lui revint enfin.

« Euh.. Cris du Choucas, c’est bien ça ? Je suis Perce-Neige, une guerrière du Clan du Vent. »
Revenir en haut Aller en bas
Cri du Choucas
Lieutenant
Cri du Choucas
Age : 22
Date d'inscription : 05/03/2020
Messages : 20
Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyLun 16 Mar - 21:58

La journée qui venait de s'écouler avait été magnifique. Doucement, les jours rallongeaient, les températures remontaient et bientôt la Mauvaise Saison serait loin derrière les félins du Cerfblanc. Les oiseaux recommençaient à chanter, annonçant ainsi leur retour en ces lieux. Les proies pointaient de nouveau le bout de leur museau ou de leur langue pour le plus grand plaisir des chasseurs. Au petit matin, quand l'aube perlait, le sol n'était plus couvert de cette couche froide et rude de givre, elle avait été lestement remplacée par cette vague trace d'humidité qui laissait un film frais sur les pattes de ceux qui la frôlait. Bientôt, la nature reprendrait peu à peu ses droits, redonnant vis à cette forêt. Certains arbres reprendront des couleurs vertes chatoyantes, laissant avant cela pointer bourgeons et fleurs de couleurs, les autres garderaient leurs épines persistantes et tenaces, survivant au froid chaque année. La Saison des Feuilles Nouvelles s'annonçait. Tous le savaient, ce n'était plus qu'une question de jour. Bientôt, le soleil se fera plus chaleureux, réchauffant le corps et l'âme de ceux qui en profiterait. Cri du Choucas, comme bon nombre de ses semblables, faisait parti de ceux qui se réjouissaient de l'arrivée de cette belle saison. Enfin, la vie allait pouvoir reprendre. La maladie était toujours là, elle continuait de ronger les rangs des Clans, amputant certains Guerriers de leur fonction, mais cette annonce du renouveau laissait poindre un nouvel espoir, un moyen de combattre ce mal plus efficacement. Bientôt, ils n'endureront plus de la faim. Bientôt, les remèdes feront de nouveaux surface, gagnant à être ramassé et utilisé à bon escient. Bientôt, le Mal Rouge s'éteindrait lui aussi. Le Lieutenant en était persuadé. Il léguait ainsi toute sa confiance en son Guérisseur et au Clan des Étoiles qui l'épaulerait en tant voulu. Ils finiraient par trouver une solution et un remède. Les plus forts continuaient de lutter pour la survie des autres, l'entraide, le Code du Guerrier, était plus que jamais le mot d'ordre au sein du Clan de l'Ombre. Le renouveau commençait. Les choses ne pouvaient que s'améliorer à présent. Il le savait. Il le sentait.

Lézardant entre les troncs maigres des pins, marchant sur ce sol recouvert d'une fine couche d'humus et d'épines clairsemées, le tigré profitait d'un moment d'égarement. Ayant plus que rempli son devoir de Lieutenant et Guerrier, il avait pris le loisir d'aller faire un tour. Se laissant guider par son instinct et peut-être par ses émotions, il s'égara sur un territoire qu'il maîtrisait que trop bien. Pour une fois, il n'avait pas l'idée de chasser en tête. Non. Il profitait simplement de cette belle fin de journée pour flâner. À la recherche depuis des lunes et des lunes d'un être disparu, il ne songeait pas vraiment à la possibilité de la retrouver ainsi. Pourtant, chaque fois qu'il en avait l'occasion, chaque fois qu'un peu de temps se présentait à lui, il ne pouvait s'empêcher de retrouver ces sentiers qu'il avait tant de fois balisé. Sans la chercher vraiment, ses yeux fouinaient les environs, son museau au vent humait l'air, ses oreilles écoutaient le moindre bruit, guettant un retour qu'il n'espérait plus. Ne laissant jamais rien au hasard, il préférait penser qu'il accordait toujours une importance capitale à sa sécurité, à celle des siens et une part d'éveil Guerrier en lui dans ces moments-là. Depuis qu'elle n'était plus, il s'était fait une raison. Aussi affecté qu'on puisse l'être, il avait fini par renoncer à la retrouver. Si le Clan des Étoiles le voulait, et si elle aussi le désirait, alors leurs chemins se recroiseraient probablement. Pour le reste, la raison le ramenait bien vite à ses chaînes présentes, le clouant là où il devait être, les yeux ouverts sur la réalité. Longeant le Chemin du Tonnerre comme il l'avait fait de trop nombreuses fois, le Guerrier avait laissé un instant son regard dévisagé l'autre versant. Les souvenirs d'une rencontre, puis d'une autre et finalement d'une flopée de rendez-vous avaient laissé apparaître un discret sourire sur ses babines. Finalement, le vacarme orchestré par le passage d'un véritable défilé de monstre avait entaché la superbe de cette remembrance, reprenant son attention à cet égarement de l'esprit. Et s'il avait été plus attentif, il aurait certainement repéré cette présence bien avant d'entendre le son de sa voix, juste derrière lui. Faisant volte-face dans un mouvement vif, ses yeux le laissèrent entrevoir une forme féline pendant que son museau l'analysa comme faisant parti du Clan du Vent. Tendant ses muscles, gonflant son pelage sous la surprise, la méfiance prit le pas sur le reste, laissant un arrière-goût glacial ondoyer dans le timbre de sa voix :

« Salutations Perce-Neige. Aussi louables, semble être tes attentions, tu aurais mieux fait de rester de ton côté. L'accord qu'à passer Étoile Sombre avec le Clan du Vent n'équivaut que pour les Guérisseurs et le Mal Rouge. »
Revenir en haut Aller en bas
Perce-Neige
Coureuse
Perce-Neige
Age : 21
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 59
Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyMer 25 Mar - 0:25

Perce-Neige fit la grimace en voyant la réaction peu accueillante de Cris du Choucas. C'était malheureusement ce qu'elle avait redouté en décidant de traverser la frontière. Certains guerriers avaient un sens du respect du code du guerrier parfois quelque peu excessif. Apparemment le guerrier tigré en faisait partie. La femelle au pelage blanc n'avait jamais compris le principe de suivre aveuglement le code du guerrier, sans prendre une seule seconde pour réellement analyser la situation et faire ses propres choix logiques. Perce-Neige savait parfaitement que ces règles établies depuis si longtemps étaient nécessaires à la bonne entente entre les Clans, elle-même respectait le code du guerrier lorsqu'elle l'estimait juste. Mais, ce qu'elle reprochait aux guerriers trop dévoués, c'est qu'ils oubliaient parfois d'écouter leur cœur et de faire preuve d'empathie. Cela dit, son interlocuteur était encore jeune, il serait sans doute moins à cheval sur les règles en gagnant en âge.

« Salutations Perce-Neige. Aussi louables, semble être tes attentions, tu aurais mieux fait de rester de ton côté. L'accord qu'à passer Étoile Sombre avec le Clan du Vent n'équivaut que pour les Guérisseurs et le Mal Rouge. »

Perce-Neige dévisagea son interlocuteur, l'air désormais surpris, presque choqué. Décidément, elle ne s'attendait pas à une telle haine venant du guerrier. Elle n'avait pas particulièrement envie de continuer son échange avec lui. Le bienveillance ne semblait pas faire partie de son vocabulaire. C'était fort dommage pour lui et son clan mais cela ne regardait plus la guerrière du Clan du Vent. Elle regarda droit dans les yeux le matou qui lui faisait face et lui répondit d'un ton calme et neutre :

« Je vois que le Clan de l'Ombre préfère retrouver un de leur chaton dans la gueule d'un renard plutôt que d'accepter ma présence un court instant sur leur territoire. J'en suis désolée, je ne reste pas plus longtemps, j'ai fait ce que j’estimais être juste, j'aimerais éviter d'avoir à me battre pour des raisons aussi futiles. »

Perce-Neige regarda d'un air désolé le guerrier. Elle n'était pas du genre à s’énerver face à ce genre de commentaire, mais elle n'avait pas apprécié que le guerrier rejette son acte de bonté. Elle était presque déçue, elle voulait juste aider et c'est ainsi qu'on la remerciait. Il y avait de quoi se poser des questions. Elle salua le guerrier d'un air faussement poli et s'éloigna vers le chemin du tonnerre. Elle savait parfaitement qu'elle ne devait pas céder à la haine, qu'elle risquait de créer des tensions entre son Clan et celui de l'Ombre mais au fond d'elle, elle n'avait qu'une envie, c'était d'expliquer à ce jeunet son point de vue. Elle prit une légère inspiration, espérant ne pas perdre son calme et se tourna à nouveau vers le guerrier.

« Tu sais, il faut parfois savoir accepter l'aide des autres. Ta haine injustifiée envers les autres clans ne te permettra jamais d'avancer. Avant de sortir les griffes, il faut écouter et réfléchir, c'est ainsi que tu feras les bons choix. »

Perce-Neige s'était certes montrée donneuse de leçons mais elle n'avait laissé paraître aucune haine dans sa voix, elle avait parlé calmement et sereinement. Les mots étaient venus naturellement et simplement. Elle n'avait pas peur de lui, même s'il était plus imposant qu'elle, elle refusait de se laisser impressionner. Cela dit, elle doutait que ses paroles l'aient fait changer d'avis.
Revenir en haut Aller en bas
Cri du Choucas
Lieutenant
Cri du Choucas
Age : 22
Date d'inscription : 05/03/2020
Messages : 20
Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyJeu 26 Mar - 21:19


Comment avait-il pu se laisser ainsi distraire ? Comment avait-il fait pour ne pas la repérer avant qu'elle ne mette ses pattes de mangeuse de lapins sur ses terres ? Comment avait-il pu être aussi idiot ? Se maudissant intérieurement de s'être laissé berné par les éléments et par cette femelle dont il avait retrouvé le nom par une heureuse voltige de la mémoire, il s'assura rapidement que personne d'autre n'était-là. Fouillant des yeux les abords du Chemin du Tonnerre à la recherche de n'importe quelle forme féline, usant de son museau pour tenter de repérer autre chose que l'odeur pestilentielle que laissait les monstres en vrombissant sur la bande noire, il ne repéra rien de plus. Aucun de ses camarades, aucun des siens. Aucune autre âme en vie ne se trouvait dans les parages, ni d'un côté, ni de l'autre. Quelle idiote, gronda une voix dans la tête du tigré. Pour qui se prenait-elle ? Pensait-elle que sous n'importe quel prétexte, elle pouvait trouver abri sur les terres du Clan de l'Ombre ? Est-ce que le départ de Danse de Pétales pour le Clan de l'Ombre avait donné des idées à ses anciens camarades ? Souhaitaient-ils tous fuir leur propre Clan ? Laissant redescendre un peu la tension qui étirait chacun de ses muscles, le Lieutenant s'était redressé de toute sa hauteur, toisant la femelle de son physique nettement plus imposant. Depuis quand est-ce que l'on piétinait les frontières pour aider les autres Clans ? Quelle mouche l'avait piqué pour qu'elle prenne le risque de traverser le Chemin du Tonnerre pour délivrer une information aussi désuète ? N'était-ce pas un bête prétexte pour venir tester les réactions du Clan de l'Ombre en cas d'invasion ? Si tel était le cas, elle n'allait pas être déçu. Et à voir la grimace qui déforma, un moment, son faciès, Cri du Choucas éluda bien rapidement toute possibilité qu'elle soit accompagnée d'un quelconque renfort et d'une éventuelle intention d'agression. Sous l'effet des mots qui claquèrent sur sa langue, il l'a vit changer radicalement d'attitude, passant du calme prévenant qu'il l'animait, il y a encore quelques secondes, à l'inquiétude et l'incompréhension.

Il mentirait s'il affirmait qu'il n'aimait pas voir cette lueur danser dans les yeux bleus de la femelle blanche. Il ne lui sauterait pas sur le dos pour lui faire la peau, mais il ne craignait pas le moins du monde de devoir faire usage de ses crocs et de ses griffes pour la faire déguerpir s'il le fallait. Quoi qu'elle en dise, quels que soient les mots employés pour justifier son action, le Code du Guerrier était de son côté. Et si elle pensait probablement pouvoir atteindre et tirer sur une corde sensible du Lieutenant en tentant de toucher aux Chatons par le biais de ce renard qu'elle servait comme excuse depuis sa venue, elle était bien loin du compte. Le faux-calme qu'elle tentait de garder, le timbre de voix et l'attitude piteuse qu'elle tentait de renvoyer pour accuser la réaction du tigré n'aurait jamais l'effet qu'elle espérait. Le regard dur et froid du Guerrier de l'Ombre ne se radoucit pas, pas même lorsqu'elle eut fini de justifier sa lâcheté. Tu peux toujours essayer de me servir n'importe quel cause, la pilule ne passera pas, ricana intérieurement le mâle. Il n'était pas particulièrement xénophobe, mais il tenait au respect des frontières. Il tenait plus que tout à son Clan et à sa sécurité. Et il lui semblait que tout partait de là. Le jour où il commencerait à inviter les uns et les autres sous-prétexte qu'il porte la volonté de faire passer la sécurité d'un autre Clan avant leur propre intégrité, c'est qu'il serait sénile. Stoïque, réfléchissant au meilleur angle d'attaque pour lui répondre, il ne détacha pas son regard de sa personne, le gratifiant d'un salut faux, la femelle blanche se rapprocha du Chemin du Tonnerre comme pour l'emprunter de nouveau. Attentif à tout ce qui se jouait, le Lieutenant s'apprêta à ouvrir la gueule, mais se ravisa juste avant de la voir peiner à garder un semblant de calme et de zénitude pour lui adresser de nouveau parole et attention dans un regard. Une leçon de morale ? Vraiment ? Ayant retrouvé une attitude des plus détendus, le pelage retombé sur son échine, les muscles souples, Cri du Choucas fit quelques pas en direction de la Guerrière, laissant de nouveau sa voix naturellement froide s'échapper de sa gueule :

« Le Clan de l'Ombre n'a pas de leçon à recevoir du Clan du Vent. Nos petits sont à l'abri, nos Guerriers veillent sur eux pour qu'aucun mal ne leur arrivent. »

Marquant une dérisoire petite pause, faignant de réfléchir à ses mots, il articula sans se démonter, ses yeux verts rivés dans ceux de la blanche, affichant un petit sourire à la commissure de ses babines une fois sa gueule refermée :

« Tu sembles aussi ignorer beaucoup de choses, Perce-Neige. Quoi que tu en dises, mon Clan passera toujours avant le reste et je ne laisserai personne se mettre en travers, ni un renard, ni une intruse en quête d'une prétendue bonne action. Peut-être devrais-tu songer à t'occuper davantage des tiens avant qu'ils ne décident de fuir leur propre Clan. »
Revenir en haut Aller en bas
Perce-Neige
Coureuse
Perce-Neige
Age : 21
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 59
Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyLun 13 Avr - 22:03

C'était l'expérience et la confiance gagnées au fil des lunes qui lui avaient donnée le courage de faire la leçon au guerrier. Elle avait eu affaire à de nombreux guerriers bornés comme lui, aveuglés par l'envie de bien faire jusqu'à en oublier de faire preuve de bon sens. Si bien qu'elle était désormais capable de savoir quand la cause était perdue. Elle avait dit ces derniers mots dans l'espoir de lui faire réaliser que son hostilité n'était pas nécessaire. En le voyant se détendre, elle crut presque que cela avait fonctionné. Perce-Neige le regarda s'avancer vers elle, restant tout de même vigilante face au guerrier.

« Le Clan de l'Ombre n'a pas de leçon à recevoir du Clan du Vent. Nos petits sont à l'abri, nos Guerriers veillent sur eux pour qu'aucun mal ne leur arrivent. »

La guerrière au pelage blanc leva les yeux au ciel, quel guerrier têtue ! Elle comprit parfaitement le message, si il ne voulait pas de son aide, elle n'allait pas insister. Elle était venue pour s'assurer que ce renard ne fasse pas de dégât et même si elle n'avait pas été bien accueillie, le Clan de l'Ombre était prévenu, elle n'avait plus aucune raison de discuter avec ce chat désagréable. Il se sentit tout de même obligé de continuer sur sa lancée, parlant toujours d'un ton froid :

« Tu sembles aussi ignorer beaucoup de choses, Perce-Neige. Quoi que tu en dises, mon Clan passera toujours avant le reste et je ne laisserai personne se mettre en travers, ni un renard, ni une intruse en quête d'une prétendue bonne action. Peut-être devrais-tu songer à t'occuper davantage des tiens avant qu'ils ne décident de fuir leur propre Clan. »

Les yeux de Perce-Neige s'écarquillèrent en entendant les derniers mots de Cris de Choucas. Il avait osé. La guerrière resta bouche bée, dévisageant le guerrier, incapable de lui répondre. Il parlait de Danse de Pétales. Elle avait quitté le Clan du Vent et avait rejoint celui de l'Ombre. Perce-Neige se remémora avec tristesse la disparition de la jeune guerrière. Elle aurait aimé être là pour elle, qu'elle n'aille pas jusqu'à ressentir le besoin de quitter son propre Clan.

La phrase du guerrier l'avait sérieusement blessée. Elle n'ajouta rien, le salua d'un simple hochement de tête et se dirigea à nouveau vers le Chemin du Tonnerre. Elle ne voulait plus voir le visage du guerrier, elle voulait partir. Elle n'aurait jamais du venir en premier lieu. L'évocation du départ de Danse de Pétales l'avait secouée et l'avait plongée dans ses souvenirs. Voir l'un des siens partir n'est jamais agréable. Depuis cet événement, Perce-Neige s'était montrée encore plus attentive aux autres, elle ne voulait pas que d'autres chats se sentent aussi mal, au point de partir comme la jeune guerrière l'avait fait.

Elle posa ses pattes sur la surface dure du Chemin de Tonnerre, sans trop faire attention à ce qu'il se passait autour d'elle. Elle s'arrêta subitement en entendant le bruit d'un monstre arriver. Elle tourna la tête vers l'origine du bruit et l'aperçut qui fonçait droit sur elle. Son corps s’immobilisa, le souvenir de son frère dans la même situation qu'elle de nombreuses lunes auparavant venait de ressurgir dans son esprit. Tout ses muscles étaient tétanisés par la peur. En regardant le monstre foncer vers elle, elle comprit. Elle allait mourir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Cri du Choucas
Lieutenant
Cri du Choucas
Age : 22
Date d'inscription : 05/03/2020
Messages : 20
Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyVen 24 Avr - 3:27


Fanfaronnant, imbu d'un trop plein d'assurance qu'il avait presque toujours eu d'inscrit en lui, laissant l'arrogance et l'insolence prendre le dessus sur ce qui semblait être la morale commune, Cri du Choucas ne distinguait aucune autre façon d'agir ou de réagir à cette situation. Appuyant chacun de ses mots, choisit avec le plus grand soin dans son esprit avant d'être articulé, il ne cherchait pas simplement à faire passer un message. Non. Touché dans son orgueil, fier défendeur des valeurs de son Clan, porteur du gène de l'audace, il avait ravi le portrait que les rumeurs allouaient bien volontiers aux membres du Clan de l'Ombre : perfide, mesquin et vicieux jusqu'aux bouts des pattes. Après tout, elle l'avait bien cherché. Elle et ses grandes valeurs. Elle et ses belles paroles. Elle et ses jolies leçons de morale qu'elle tentait de faire passer. Pour qui se prenait-elle ? À quelle instance empruntait tel ce privilège ? Se pensait-elle supérieure ? Pensait-elle valoir mieux que le Code du Guerrier ? Si elle pensait pouvoir déroger à ces règles ancestrales en toute impunité, elle se mettait la patte dans l’œil. Ce ne serait certainement pas lui qui lui accorderait cette bonne grâce. Elle se trouvait du mauvais côté de la frontière, du mauvais côté de la route, et elle s'octroyait le privilège de donner la leçon. Mauvaise pioche. Il n'était pas le genre de chat à s'abaisser. Il n'était pas non plus celui qui prenait des pincettes pour se faire comprendre. Si certains semblaient trouver un quelconque intérêt à maintenir de bonnes relations avec les félins des autres Clans, ce n'était pas franchement dans ses aspirations. Après tout, ne sont-ils pas censés rester chacun chez eux ? L'amitié outre les Clans impliquait toujours de faire un choix. Certains étaient prêts à la piétiner pour leur Clan, d'autres, comme lui, ne prenait même pas la peine de considérer cette issue. Sa réponse serait toujours la même. Le Clan avant tout. Ceux qui hésitaient, minaudaient, esquivaient la question, n'étaient pas dignes de confiance. Ceux qui faisaient le choix contraire prenaient leur propre famille en traîtres. Et cette Perce-Neige qui se prenait pour une bienfaitrice du Clan de l'Ombre, ne serait jamais rien d'autre qu'une Guerrière en territoire rivale. Et il en serait de même pour n'importe quel félin n'appartenant pas à l'Ombre et se trouvant sur ces terres, quel que soit le message apporté. Elle, comme nul autre, ne lui enlèverait pas cette idée de la tête. Et surtout pas en lui soufflant une quelconque leçon d'éthique dans les bronches.

Et il n'y avait pas plus belle réjouissance que de voir l'impact de ses mots et de ses actes sur le visage de son interlocuteur. Du moins, à l'heure actuelle, rien n'était plus vrai pour le matou du Clan de l'Ombre. Jouissant silencieusement, laissant trôner un sourire victorieux sur le coin de ses babines, Cri du Choucas se glorifia en la voyant lever les yeux au ciel dans un élan de présomption passager. Bien vite, elle tomba des nues, le fusillant du regard, les yeux ronds comme deux billes, hébétée. Cette simple réaction, preuve inéluctable qu'il avait visée juste et atteint sa cible là où il le désirait, suffisait à emplir son âme d'un je ne sais quoi revigorant. Et maintenant ma vieille, qui est-ce qui fait la leçon à qui ? Logé sur son petit nuage, fier comme un paon de sa petite victoire, le Lieutenant ne perdit pour autant pas le cap. Au fait du moindre de ses faits et gestes, il ne la quitterait pas du regard. Pas tant qu'elle serait encore sur les terres du Clan de l'Ombre. Et si elle lui sembla plus désarçonnée encore qu'il ne l'aurait imaginé, sa gueule restant ouverte dans un silence plaisant, il ne laissa poindre aucun regret. Une seconde s'écoula sans que rien ne se passe, puis une autre. Le tigré continuait de savourer sa futile victoire tandis que l'intruse se décida à bouger, rendue totalement muette, elle immisça quelques pas vers la surface noire après lui avoir adressé un bref hochement de tête en guise de salutations. Ayant probablement perdu sa faculté de réflexion en même temps que la voix, la femelle blanche s'engagea sur le Chemin du Tonnerre sans même prendre la peine de tendre l'oreille. Et à peine eut-elle le temps de faire quelques pas que le grondement sourd d'un monstre rendu furieux par je ne sais quoi fit vriller les tympans du mâle, perplexe quant à l'attitude imprudente arborée par son aînée. Bientôt, les reflets d'une couleur métallisée peu naturelle vinrent titiller ses yeux émeraude, entrant indéniablement dans son champ de vision, mettant ses sens en alerte, tendant à nouveau chacun de ses muscles. Bon sang ce qu'il pouvait bien haïr cette sensation, cette odeur, ces bestioles sans âmes et tout ce qu'elles pouvaient apporter.

Instinctivement tendu à l'approche de la bête d'acier, il ne put réprimer un grondement sourd, s'offusquant de l'immobilité de la Guerrière du Clan du Vent. Quelle mouche l'avait piqué ? Qu'est-ce qu'elle fichait ainsi à l'arrêt ? Si elle voulait rejoindre le Clan des Étoiles, il y avait bien d'autres façons de faire. Inutile de saboter son existence juste sous ses yeux. Ne trouvant même pas le temps de pousser un soupir malgré le profond sentiment d'agacement qui transcendait son être, Cri du Choucas ne prit pas la peine de réfléchir. Agir, vite. S'élançant à son tour sur la route couleur charbon, il fit abstraction de toute répugnance pour la surface dure infâme, empoigna la Guerrière par la peau du cou et la tira sans ménagement. Cette fois-ci, il la ramena du bon côté de la frontière, prenant garde à ne pas empiéter lui-même sur les plates-bandes étrangères. Dans sa course folle, le monstre avait frôlé sa fourrure, laissant une vague de chaleur et d''adrénaline envahir la moindre parcelle de son anatomie. Il ne se donna pas même la peine de laisser ralentir son cœur, prenant une bouffée d'air à la dérobade avant de délier sa gueule venant à peine de relâcher sa prise de la pelisse blanche. Et une fois de plus, aucune émotion ne passa dans sa voix ou dans son cœur quand elle s'ouvrit pour la fustiger bien plus que pour la rassurer. Il n'avouerait jamais avoir eu peur pour elle. D'ailleurs, ce n'était pas franchement le cas. Cette chatte n'était pas son amie. Elle n'était rien pour lui. Rien de plus qu'une rivale. Pour autant, il ne souhaitait la mort d'aucuns d'entre eux. Pas dans ces circonstances-là. Pas à cause des bipèdes et de leurs monstres. Et puis, le Clan du Vent serait bien capable d'accuser leurs voisins pour se dédouaner de la bêtise de l'une des leurs, ça, il en était persuadé. Ces cervelles de lapins étaient presque aussi fières que leurs voisins des pins, la seule différence c'est que les félins du Clan de l'Ombre ne se figeaient pas sans raison sur le Chemin du Tonnerre, patientant sagement pour se faire réduire en chair à corbeau par une boîte de métal furieuse.

« Mais à quoi est-ce que tu joues ? Va donc te faire piétiner plus loin. »
Revenir en haut Aller en bas
Perce-Neige
Coureuse
Perce-Neige
Age : 21
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 59
Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas EmptyJeu 7 Mai - 22:52

Le monstre s'approchait de plus en plus. Perce-Neige ne voulait pas mourir, surtout de cette manière, loin de là, elle avait encore tant de choses à accomplir. Elle ne désirait en aucun cas abandonné la vie, surtout pas à cause d'un stupide chat qui l'avait froissé. Elle n'y était pour rien, la peur était si forte que Perce-Neige avait perdu le contrôle de son corps. Le monstre ne ralentissait pas et la guerrière le regardait s'approcher avec de grands yeux terrifiés, toujours incapable de bouger. Alors qu'elle luttait contre elle-même et qu'elle commençait à prendre espoir, elle sentit des crocs agripper la peau de son cou. Elle se laissa traîner, ne pouvant lâcher du regard le monstre qui allait la renverser et toujours incapable de bouger la moindre patte.

Elle tomba lourdement hors du danger. Elle resta au sol quelques instants, toujours choquée de ce qui venait de lui arriver. Lorsqu'elle se décida enfin à se relever, elle eut quelques difficultés à se remettre sur ses pattes encore toutes tremblantes. Elle n'allait pas oublier de sitôt ce qui venait de se passer.

« Mais à quoi est-ce que tu joues ? Va donc te faire piétiner plus loin. »

Elle prêta peu attention aux paroles du guerrier. Pour être honnête, il était le cadet de ses soucis. Elle avait failli mourir et essayait de s'en remettre comme elle pouvait, l'agressivité de Cris du Choucas lui passait bien au dessus de la tête. Elle respira un bon coup en fermant les yeux, tentant de calmer les battements de son cœur. Entendre les monstres passer tout près d'elle ne l'aidait pas mais peu à peu elle retrouva un semblant de calme. Malgré le caractère désagréable de son interlocuteur, elle se devait de le remercier, après tout il avait risqué sa vie pour sauver la sienne. Elle essaya de prendre une voix un peu assurée, mais ce fut sans succès et ses mots se perdirent presque au milieu des bruits du Chemin de Tonnerre.

« Je... Euh... Merci. »

Un sentiment de honte germa en elle. Perce-Neige s'était stupidement immobilisée devant la mort. Elle était déçue d'elle-même et se sentait encore plus honteuse d'avoir fait preuve d'une telle faiblesse devant un guerrier ennemi. En plus de cela, un guerrier qu'elle n’appréciait guère, qui l'avait sauvée et avait fait preuve de beaucoup de courage au contraire d'elle. Elle ne donnait pas une belle image du Clan du Vent. Il était temps qu'elle arrête de se donner en spectacle. Cris de Choucas avait gagné, elle ne traverserait plus la frontière, il n'aurait plus de soucis à se faire. Sa gentillesse avait failli la faire tuer, ce genre d'incident n'allait plus arriver. Elle ne se mêlerait désormais plus des affaires des autres clans.

La guerrière dévisagea le guerrier gris, elle lui était reconnaissante mais cela ne voulait pas dire qu'elle l’appréciait pour autant. C'était par sa faute qu'elle s'était montrée si peu vigilante et s'était retrouvée ainsi dans cette situation. Elle réussit à lui parler plus calmement cette fois :

« Je te suis reconnaissante, je m'excuse que tu aies eu à prendre des risques par ma faute. En tout cas, tu ne me verras plus sur le territoire du Clan de l'Ombre, tu n'as pas à t'en faire. »

Perce-Neige salua à nouveau le guerrier et se redressa. Elle lui tourna le dos et s'éloigna les pattes encore tremblantes. Elle s'arrêta un peu plus loin et se retourna à nouveau vers le guerrier du Clan de l'Ombre. Malgré le choc, elle restait vigilante aux actions du matou. Il était du mauvais côté du Chemin de Tonnerre et Perce-Neige allait bien prendre le soin de lui faire comprendre qu'elle attendrait qu'il retourne de l'autre côté avant de partir. Elle le salua à nouveau d'un mouvement de tête qui se voulait amical et attendit qu'il retraverse le Chemin du Tonnerre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas   On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
On n'est jamais trop prudent ! - Cris du Choucas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild Spirits :: une sombre prophétie :: les frontières :: le chemin du tonnerre-
Sauter vers: