AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Lune d'Or - I promise you'll never find another like me~
 :: Espace Gestion :: Espace Présentations :: Présentations Validées

Lune d'Or

Age : 26
Date d'inscription : 27/06/2019
Messages : 15
Lune d'Or
Guerrière
Voir le profil de l'utilisateur http://ekoe-pokemon.forumactif.com/
Dim 30 Juin - 15:29

LUNE D'OR

  • Boule d'Or - Nuage d'Or - Lune d'Or - Étoile Dorée
  • Femelle
  • 39 lunes
  • Guerrière
  • Tonnerre
  • Indéfinie
  • Tonnerre, born and raised
Le soleil se lève plus tôt pour les imbéciles mais moi j'aime bien faire la grasse matinée !

Physique & Caractère

PHYSIQUE
Un éclair doré. Voilà qui la décrit habilement. Un faisceau de lune, si son éclat était chaud tel le miel. Oh, Lune d’Or ne peut aspirer à la discrétion vu la flamme ardente de son pelage, de toute manière elle détesterait l’anonymat. Le roux de son poil se dilue en une multitude de teintes formant sillons et canyons, forêts et mystères. L’ardeur orangée de sa fourrure s’apaise un peu au niveau du ventre, du bout des batte et du menton, ainsi qu’à l’extrémité de sa queue en un plumeau délicat, devenant d’un blanc laiteux qui se perd au cœur du roux. Tout comme son museau d’ailleurs, d’un rose saisissant rivalisant avec l’aube. Ne lui en parlez pas, néanmoins. Elle déteste son nez, allez savoir pourquoi.

Hormis sa robe bien fournie sans toutefois être particulièrement longue, Lune d’Or se distingue par une carrure manquant de délicatesse pour une femelle, caractérisée par des épaules carrées et de larges pattes. Heureusement, son élégante queue vient un peu contrecarrer cet aspect et affinant sa silhouette. Celle-ci, plus longue que la moyenne, est le témoin privilégié de ses états d’âme. Souvent agitée nerveusement, ou alors décrivant de larges cercles joueurs, elle vous tiendra informé de tout ce qu’elle pourrait ressentir. À vous, ensuite, de savoir la déchiffrer. Ses yeux ambrés font réellement son charme. Grands, recourbés en une forme agréable et toujours pétillants d’audace et de vie, ils sont joliment entourés d’un trait blanchâtre les mettant en valeur. Deux véritables pépites d’or brillant au soleil.

La carrure imposante de la femelle en fait une formidable combattante mais une assez piètre chasseuse. Lune d’Or cherche souvent à écraser son adversaire de son poids, distribuant des coups de patte surprenants et mordant de manière stratégique. Elle possède une grande endurance, mais assez peu de rapidité. Elle jouera donc de sa patience lors de combats, une même patience dont elle semble dépourvue lors de ses chasses. La guerrière préfère les proies plus grosses demandant moins d’agilité à attraper. Malgré ses efforts, elle ne se distinguera jamais au sein de son Clan pour ses talents de chasseresse.


CARACTÈRE
Elle est ce grondement de l’orage à l’horizon. Profond, insaisissable, spectaculaire. Un oiseau de passage, laissant à sa suite des réactions mitigées. Elle a appris à s’amuser de ce qu’elle sème, ce stratagème de désillusions qui vous emprisonne un moment. Puis plus rien. C’est ainsi qu’elle désire être perçue. Éphémère. Ainsi, on la laisse tranquille.

Peu parviennent réellement à la cerner. Il est vrai qu’elle joue ce jeu, actrice habile. Toujours un pas trop loin, elle vous glisse entre les doigts. Ce n’est que sous l’impulsion de profondes insécurités que l’on forge une telle armure. Oh, regardez de plus près, vous les verrez. Lune d’Or se fait un soin particulier à les dissimuler sous ses sourires en coin, ses sarcasmes et ses caprices. Sauf qu’au plus perceptif, ses angoisses deviendront évidences. La guerrière du Tonnerre ne pourrait être plus nerveuse, un sursaut continuel, une hyper vigilance. La nuit, ses peurs constantes la hantent cruellement de cauchemars. C’est le prix à payer, voyez-vous? La femelle a pris une décision, un jour, de ne pas adresser cette part d’elle-même qui l’alourdit, qui la rend vulnérable. Elle préfère jouer la comédie et en subit amèrement les conséquences. Ce doit être lourd de porter ce poids seule. Elle est la seule à s’y être condamnée. Lune d’Or ne supporte pas qu’on s’approche de trop près, qu’on la questionne, la remette en question ou même qu’on tente de l’aider. D’un orgueil effarouché, elle ne parvient plus, désormais, à réellement s’ouvrir.

Ce qu’elle dégage alors est un aura de confiance et d’assurance, appuyé en réalité sur des fondations fragiles. Elle est indépendante, directe et n’a pas froid aux yeux. Son mauvais caractère en a dissuadé plus d’un de réellement l’approcher. Non pas qu’elle soit méchante ou méprisante, c’est plutôt qu’elle se joue toujours un peu de vous, s’amuse à vos dépens. Elle aime rire, même que ça lui vient facilement. Un rien ne l’amuse. Surtout les autres, qui la fascinent, surtout quand ils s'améliorent et dépassent leurs propres limites. Sauf que Lune d’Or est jalouse, elle vous mettra souvent des bâtons dans les roues avant de se rendre compte de ses propres agirs puérils et vains. Elle regrette souvent, même si elle ne l’avouerait jamais. Elle a ce côté farceur et une énergie débordante qui ne l’a pas quittée depuis l’enfance. Si son frère s’est assagi, on ne peut en dire autant de sa jumelle. Elle est devenue certainement plus vive, plus intelligente, plus discrète. Mais elle vous embêtera volontairement, mais jamais au point de vous faire craquer. Du moins, elle essaie.

Puis lorsqu’on la reprend, elle se montre de très mauvaise foi. Elle déteste qu’on la contredise, elle a pourtant des idées très arrêtées parfois. La guerrière a la rancune obstinée, comme tout le reste. Une véritable tête de mule lorsqu’il lui vient en tête. Il peut s’agir, parfois, d’une force. Il n’y a pas plus décidée qu’elle pour faire une tâche. Elle est travaillante malgré son attitude nonchalante dans ses relations sociales. Il faut juste que ça vienne d’elle. Heureusement, elle a un souci du bien-être de son Clan et de chacun de ses habitants. Elle a un cœur très sensible, des émotions toujours disproportionnées. Elle ne supporte pas l’injustice et vous aidera en moment de besoin. Mais après, n’allez pas penser qu’elle est gentille hein. Elle tient à sa réputation tout de même !

Lorsque Lune baisse enfin la garde, on découvre une chatte attachante, drôle et passionnée, qui parle vite et a beaucoup trop d’idées. Elle agit encore comme un chaton, mais ça a son charme, parfois. Malgré la distance sécuritaire qu’elle place entre elle et tous, elle aime bien socialiser, échanger et découvrir. Tant qu’on ne la questionne pas trop sur elle-même.

Histoire

Elle s’aventure par ici à l’occasion. Les nuits sans sommeil, baignées par une lune absente, projetant ses ombres argentées contre les nuages. Elle se couche avide de chaleur comme un petit près de sa mère, à la recherche de réponses. C’est une chatte d’habitudes, comme tous ceux avec un cœur anxieux et une complaisance en toutes ces petites choses qui forment une routine, une sécurité. Ainsi elle s’est juchée sur la plus haute pierre des Rochers du Soleil, contemplant en contre-bas la course infinie de la rivière. Contre la surface mouvementée, elle aperçoit une silhouette penchée sur les flots, la sienne. Dans les ténèbres, elle ne distingue presque juste l’éclat doré de ses prunelles. Elle déteste la peur qu’elle y lit. Il lui semble qu’elle l’a toujours habitée. Cette sensation que tout lui échappe, ce grondement silencieux qui l’accompagne incessamment. Lune d’Or ne peut parfois plus lui échapper. Ses démons finissent toujours par la rattraper. Elle serre les dents, se demandant quelle est la source de toute cette angoisse. Il lui semble qu’il en fut toujours ainsi. Dans les flots de la rivière, la guerrière revoit ses souvenirs, aquarelles éparses qui prennent forme sous la pâle lueur de lune. Elle était trop jeune pour se souvenir du premier, mais cette histoire on lui a raconté assez souvent pour que les images ne s’incrustent en elle.

La mise à bas d’Aile du Crépuscule se déroulait mal. Très mal. Contre ses flancs trempés de sueur on avait installé le premier-né, celui dénommé Poussière, puis tout à coup, tout s’était interrompu. Les halètements fatigués de la femelle s’étaient mutés en cris rauques, déchirants. Lorsque le deuxième avait finalement rejoint son frère, il ne respirait pas. La mère, épuisée, tentait vainement de réanimer le petit, ses gestes paniqués. Après toute cette cette souffrance, la troisième naquit comme un charme. Mais on l’avait presque oubliée, à l’écart, tremblant et piaillant déjà. Dans la tanière du guérisseur régnait une atmosphère profonde de chagrin et de peur. Malheureusement, Petit Nocturne n’ouvrit jamais les yeux comme son frère et sa sœur. Et bientôt, il ne fut qu’un souvenir parmi tant d’autres. Les vivants ont tendance à oublier. Mais les morts, eux jamais.

Lune d’Or repense à son frère, mort-né, avec une certaine culpabilité. Elle scrute les étoiles, à sa recherche, se demandant si elle l’aurait aimé. Pas autant que Poussière d’Aube, se dit-elle avec une certaine énergie. Elle ne peut s’imaginer une vie plus complice que celle qu’elle a partagée avec son jumeau. Mais c’était il y a longtemps. Très longtemps.

Les quatre-cent coups et plus encore. Il y avait une réputation à laquelle répondre, voyez-vous? Une énergie à dépenser, inépuisable, et destinée à de grandes choses. Boule d’Or et son frère ne manquaient pas d’ambition; pour la femelle, celle d’embêter le plus d’adultes possible. Elle aimait beaucoup. Ainsi, elle pouvait posséder, pour quelque temps, leur attention privilégiée. Tant pis si elle se faisait gronder. L’appât se révélait trop alléchant pour que la conséquence ne produise quelque effet que ce soit sur elle. On ne pouvait leur en vouloir trop longtemps. C’était des petits gentils, polis malgré tout, et surtout bien intentionnés. Mais lorsque vint le temps de dompter de pareils caractères pour former les guerriers de demain, le choix s’avéra particulièrement ardu. Qui pour guider un esprit aussi fougueux que celui de Boule d’Or? Les volontaires ne courraient pas les rues et pourtant il fut décidé qu'une assez jeune guerrière connaissant bien la petite, Éclat de l'Aurore, prendrait en charge son éducation. La poigne de fer de cette femelle aurait sûrement raison des imprudences de cette novice.

Heureusement, Nuage d’Or avait une confiance aveugle en cette guerrière qu'elle admirait énormément et lui obéissait au doigt et à l’œil malgré de nombreuses protestations. Le soir, en rentrant, la novice cherchait son frère pour quelques chamaillades ou excursions clandestines hors du campement. Elle s’endormait toutes les nuits blottie contre lui, un sourire tendre au visage, brisée de sommeil mais vivant encore dans une sorte d’équilibre. Même si, déjà, elle s’angoissait des petites incertitudes de la vie, elle avait encore un cœur jeune et obstinément heureux. Ses rêves l’entraînaient dans de candides aventures. C’était l’été de sa vie, peut-être, une époque baignée de soleil et de simplicité.


Elle y repense comme on émerge d’un long sommeil. L’esprit embrumé, les souvenirs teintés à jamais d’une nostalgie épaisse, nuage insaisissable. Son cœur se serre d’un étau alors qu’elle repense à toutes ces conversations insensées avec son frère sous le feu des étoiles, leurs rires, leurs pleurs. Leur complicité. Elle se demande où ces moments sont passés. Peut-être devrait-elle… Lune d’Or consulte la rivière à nouveau. L’eau s’écoule entre les rochers, se jouant des rayons argentés provenant du ciel. Même si elle n’y trouvera pas les réponses attendues, au moins ce mouvement paisible lui apporte un semblant d’apaisement. Son cœur se calque au rythme des flots. Puis, fermant les yeux, elle tâtonne pour découvrir le nœud de ses angoisses. Bien sûr, bien sûr… Il y a papa.

C’était un guerrier admiré. Apprécié. Une part intégrante de la communauté. Et surtout un père aimant, compréhensif. Pour Nuage d’Or et Nuage de Poussière, un port d’ancrage, une lueur dans les ténèbres. Bois de Cèdre incarnait bien son nom, solide et durable. Du moins le pensait Nuage d’Or. C’était peu de temps après le début du rêve. Elle revenait tout juste d’un entraînement robuste en compagnie de leur mère quand Poussière rentrait en trombes au campement, confus et paniqué, en rapportant leur père en danger. Une troupe fut rassemblée immédiatement pour porter secours au guerrier. L’apprentie, elle, ne craignait rien. Son père s’en sortirait parfaitement. Ainsi elle resta auprès de son jumeau, tremblant intérieurement mais tâchant de le rassurer lui. Ce n’est que lorsque le corps fut découvert, le lendemain à l’aube, qu’elle comprit que son géniteur ne reviendrait plus jamais. Qu’elle ne se réfugierait plus dans sa fourrure lorsqu’on se moquait d’elle ou qu’on la critiquait un peu trop à son goût. Qu’elle ne surprendrait plus jamais ses sourires attendris alors qu’elle lui contait quelque histoire rocambolesque, issue de son imagination débordante. Il ne serait plus là, plus jamais.

Le monde devint hostile pour la jeune chatte. Chaque buisson pour cacher un autre meurtrier. Chaque instant teinté de doute, d’appréhensions. Et la nuit, les cauchemars. Elle revivait, toujours, une scène à laquelle elle n’avait jamais assisté. Toujours différemment, mais toujours la même issue : le décès violent d’un père chéri et elle, incapable de le sauver. Incapable. C’est bien ce qu’elle serait toujours de toute manière. Les pensées se multipliaient sous son crâne, alourdissait ses épaules. Elle aurait voulu partager sa souffrance mais elle ne trouva autour d’elle que des portes closes. Nuage de Poussière s’était refermé. Plus de rires, que la peine. Nuage d’Or suffoquait. Personne ne la vit souffrir en silence. Elle s’enfonçait dans des eaux noires, au bord de la noyade.

Pourtant, le soleil s’obstine à paraître demain. Et ainsi alla la vie. Les entraînements, les chasses, les patrouilles. La routine vous entraîne et Nuage d’Or y trouvait un certain réconfort. Mais tout avait changé. L’enfant intrépide s’était réfugiée derrière un masque, construit méticuleusement au fil des semaines et des lunes, celui du sarcasme et de la nonchalance. Il n’y avait plus de place pour elle aux amitiés. C’était trop souffrant imaginer… vivre chaque nuit leur disparition, avec celle de papa, dans ses cauchemars. Pendant des lunes, elle ne parvint même plus à regarder son frère en face. Avec sa mère, il n’y eut plus que quelques mots, à l’arrachée. Elles se comprenaient, à leur façon de toute manière.


Si Bois de Cèdre n’avait pas péri aux griffes d’un guerrier de l’Ombre, peut-être serait-elle moins amère. Encore maintenant, des lunes plus tard, guerrière d’expérience, elle a peur. Peur que d’entre les fourrées, ils surgissent pour terminer leur œuvre. Elle se demande à quoi cette vie rime, à quoi la guerre peut bien servir. Elle se redresse, comme elle l’a fait à cette époque. Un seul événement ne peut écrire le reste d’une vie. Ainsi elle tenta, à sa manière, de guérir.

Lune d’Or poursuivit sa routine quelque temps encore. Les lunes se suivaient en se ressemblant dans une monotonie pénible. Elle avait besoin de plus. Après des mois dans un quasi silence, la voilà qui déliait sa langue, qui testait les limites. Elle voulait exister, à nouveau. Se sentir vivante. Elle se rapprocha de nombreuses âmes au sein du Clan du Tonnerre, dans l’objectif d’un peu d’ivresse, toujours s’arrêtant à mi-chemin quand les cauchemars avaient raison de ses ambitions d’appartenir à nouveau. Un jour à la fois, se disait-elle. Le Clan subit son lot de perturbations aussi, ce qui lui apportait, dans un certain sens, une distraction. Sauf que quelque part, elle savait qu’elle aspirait à plus. À quoi? Elle l’ignorait. Mais les lunes se changèrent en saisons et les saisons en printemps. Jusqu’à ce que son frère prenne la place de lieutenant et qu’elle ne réalise qu’elle ne le connaissait plus, plus réellement. Cette nuit-là elle l’invita à marcher auprès d’elle sous la lueur d’une lune étincelante. Il n’y eut pas de grandes révélations, de discours souffrant, de déclaration d’amour. Simplement une conversation, comme avant, bien avant. C’était un premier pas vers de véritables retrouvailles. Cela suffisait à Lune d’Or pour le moment. Un pas à fois.


Un pas à la fois, elle guérit aussi. Et cette idée la rassure. Soudain, elle réalise que la cacophonie qui l’habitait à son arrivée près des Rochers du Soleil n’est plus que murmure. Elle se sent épuisée de ce long voyage dans son passé. Plus tard, elle rejoindra la tanière des guerriers et peut-être… Peut-être y aura-t-il encore une place près de Poussière de l’Aube.
Créé par Golden

Poussière d'Aube

Date d'inscription : 08/06/2019
Messages : 13
Poussière d'Aube
Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Juin - 18:52
Bienvenue soeurette 8D j'adore ! ♡

Nuage de Braise

Age : 18
Date d'inscription : 15/02/2019
Messages : 334
Nuage de Braise
Apprenti ~ Modette
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Juin - 19:43
Bienvenuuue~~
Trop chouette ta féline ! Faudra qu’on se fasse un rp quand j’aurai repris du service happy
Bon courage pour la fin de ta fiche !

Plume des Bois

Age : 20
Date d'inscription : 17/04/2019
Messages : 51
Plume des Bois
Guerrière
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 0:55
Bienvenue !

Bon courage pour l'histoire ! J'aime beaucoup ta minette et peut-être que Plume des Bois aussi héhé à voir en RP !

Lune d'Or

Age : 26
Date d'inscription : 27/06/2019
Messages : 15
Lune d'Or
Guerrière
Voir le profil de l'utilisateur http://ekoe-pokemon.forumactif.com/
Lun 1 Juil - 4:01
Merci pour tous les «bienvenue» :D Je verrai avec vous des liens avec grand plaisir ^^
Pour le moment j'ai terminé ma fiche ^^ Je t'invite Poussière à donner ton opinion, j'ai pris quelques libertés au niveau de l'histoire tout de même °° Tu me diras ce que tu en penses innocent

Nuage de Fumée

Age : 16
Date d'inscription : 10/03/2019
Messages : 73
Nuage de Fumée
Apprenti
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 12:25
Contente de voir cette adorable minette prête pour l'aventure %)
encore bienvenue hihi.

Perce-Neige

Age : 19
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 26
Perce-Neige
Coureuse
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 15:33
Bienvenue Golden ! J'espère que tu te plairas avec nous !

Très jolie présentation, l'histoire est pleine d'émotions, j'aime beaucoup ! yeux doux

Griffe de Lierre

Age : 20
Date d'inscription : 09/08/2018
Messages : 255
Griffe de Lierre
Guerrier ~ Modette
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 15:39
Bienvenue Golden !

Ta minette a l'air fort sympathique et j'aime beaucoup ta façon d'écrire. Toutefois après avoir demandé confirmation à Willow il s'avère que tu ne peux pas avoir été formée par un de tes parents, cela risquerait de biaiser l'apprentissage de ton chat, il faudra malheureusement que tu changes cela dans ton histoire.
Mise à part ça je pense que tout est bon, j'ai hâte que Lierre et Lune se rencontrent !

Ruisseau de Rose

Age : 25
Date d'inscription : 05/06/2018
Messages : 420
Ruisseau de Rose
Lieutenante ~ Fonda
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 15:55
Bienvenue par minou, Golden!
Millane a déjà tout dit.

Lune d'Or

Age : 26
Date d'inscription : 27/06/2019
Messages : 15
Lune d'Or
Guerrière
Voir le profil de l'utilisateur http://ekoe-pokemon.forumactif.com/
Lun 1 Juil - 16:13
Voilà c'est changé ^^ Merci beaucoup :3

Nuage de Braise

Age : 18
Date d'inscription : 15/02/2019
Messages : 334
Nuage de Braise
Apprenti ~ Modette
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 19:15
Tout est bon, je lock et déplace !
Amuse toi bien parmi nous hihi

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: