AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une adorable boule de poils - Charlie
 :: Espace RP :: Le Clan du Vent :: Les Territoires :: La Lande

Perce-Neige

Age : 19
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 26
Perce-Neige
Coureuse
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Juin - 2:01
Perce-Neige s’éloigna du camp d’un bon pas vers la lande d’un bon pas. Le début de la Saison des Feuilles Vertes se faisait sentir et la jeune guerrière ne supportait déjà plus la chaleur. Elle avait donc attendu le crépuscule avant de sortir. Elle ne sortait plus que le matin ou le soir, les moments où la chaleur était la moins forte et où les proies sortaient plus facilement de leur cachette. Sa partie de chasse de la matinée ne l’avait pas convaincue, la compagnie d’un autre chasseur l’avait dérangée. Elle avait beau s’être améliorée dans ses relations avec les autres, elle préférait tout de même avoir des moments seules pour se ressourcer et se vider la tête. Sa partie de chasse du soir était donc pour elle un petit rituel dont elle ne pouvait se passer.

Ce soir-là, Perce-Neige était bien décidée à ramener une belle proie au camp pour rattraper sa matinée de chasse médiocre. La chaleur n’était pas encore tombée, la jeune femelle accueillit avec plaisir le gros coup de vent qui vint la rafraîchir lorsqu’elle commença à s’éloigner du camp. Si, lors de la Saison des Neiges, elle haïssait le vent froid qui traversait le territoire de son clan, lorsque la canicule revenait elle était contente de l’avoir pour mieux supporter la chaleur.

Alors qu’elle avançait, elle en profitait aussi pour humer l’air autour d’elle à la recherche de l’odeur de gibier qui lui était désormais si familière. Lorsqu’elle sentit la trace d’un lapin, elle ralentit et ouvrit grand ses yeux à la recherche de sa proie. Elle sa tapit au sol et avança lentement, à l’affût. Les hautes herbes autour d’elle était juste assez grandes pour masquer son corps. Son odorat la guida sur plusieurs pas et elle finit par apercevoir le gros rongeur qui grignotait la verdure au sol. Le lapin ne remarqua pas la chasseuse qui s’était positionnée face au vent pour ne pas se faire repérer.

Elle remonta son arrière-train, les yeux rivés sur l’animal qui était tout proche d’elle. Puis, d’un mouvement rapide, elle bondit sur le lapin qui n’eut pas le temps de se débattre car Perce-Neige avait déjà planter ses crocs dans son cou. La guerrière se redressa, satisfaite de sa prise, elle n’était pas sortie pour rien, l’animal était plutôt gros et il permettrait de nourrir plus d’une bouche de son clan. L’odeur encore chaude lui rappela qu’elle aussi avait besoin de manger. Elle décida donc de se mettre en route pour rentrer au camp.

Alors qu’elle commençait à s’éloigner, elle entendit du bruit derrière elle. Elle se retourna brusquement et lorsqu’elle aperçut une jeune chatte à seulement quelques pas d’elle, elle lâcha sa prise. Elle ne l’avait absolument pas remarquée, l’odeur du lapin dans sa bouche avait totalement masqué celle de l’étrangère. Perce-Neige dévisagea la nouvelle venue, elle ne l’avait jamais vue et en humant son odeur, la guerrière pu constater qu’elle n’appartenait à aucun clan. Perce-Neige ne l’agressa pas, l’inconnue semblait jeune et ne semblait représenter aucun danger. La guerrière lui adressa quelques mots hésitants, elle n’avait pas souvent eu affaire à ce genre de situation et ne savait pas trop comment gérer le problème.

« Euh… Tu es sur le territoire du Clan du Vent, tu ne devrais pas être ici. Tu sais… si tu veux éviter les ennuis tu ferais mieux de ne pas venir sur nos terres. Ça pourrait devenir dangereux pour toi si tu croisait d’autres guerriers. »

Perce-Neige dévisagea la jeune inconnue et elle sentit la curiosité la piquer. Comment se faisait-il qu’une jeune chatte se retrouve seule ainsi dans ce monde si dangereux ? Avait-elle d’autres chats pour veiller sur elle ? Sa curiosité se transforma vite en inquiétude et Perce-Neige se dépêcha d’ajouter quelques mots pour lui venir en aide.

« Tout va bien ? Tu es perdue ? Je peux peut-être t’aider à retrouver ton chemin. »

Charlie

Age : 20
Date d'inscription : 01/05/2019
Messages : 101
Charlie
Solitaire ~ Modette
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Juin - 10:03
Il faisait beau aujourd'hui, vraiment beau. Le soleil brillait haut dans le ciel azuré et les températures s'étaient élevées de quelques degrés, réchauffant la terre et le cœur de Charlie, très enthousiasmée par la météo du jour. La petite chatte aimait la belle saison, lorsque la forêt et la ville devenaient plus vivantes. Il y'avait tellement plus de choses à faire à la Saison des Feuilles Vertes ! Elle devait l'avouer, parfois, lorsque la neige tombait plusieurs jours d'affilés, elle s'ennuyait comme un rat mort en ville. Elle n'avait personne avec qui jouer, tous ces paresseux chats domestiques restaient bien au chaud dans la tanière de leurs Bipèdes et les guerriers des clans étaient tellement à cran, affamés et affaiblis, que cela n'était même pas amusant de se promener dans la forêt. Non, décidément, elle préférait mille fois la nouvelle saison, lorsque l'herbe redevenait verte, lorsque les proies quittaient leur terrier, lorsque le soleil chauffait sa longue fourrure grise.

Ainsi, en cette belle journée, la petite solitaire était d'excellente humeur. Avançant d'un pas léger, son pelage chauffé par les doux rayons du soleil, elle marchait avec entrain vers une destination encore floue dans sa tête. Il y'avait tellement de choses à faire aujourd'hui ! Mais hors de question de rester en ville, le temps était propice à se rendre dans la forêt chasser. Charlie sentit son ventre gargouiller et sa gueule saliver en songeant aux proies qui devaient grouiller entre les arbres de la forêt. Musaraigne, perdrix, campagnol, qu'importe ! Elle voulait avoir de la viande encore chaude à se mettre sous la dent aujourd'hui. Tandis qu'elle songeait à cela, une proie parmi toutes celles vivant dans la forêt s'imposa dans son esprit : le lapin. C'était décidé, aujourd'hui elle mangerait du lapin. Soudainement très excitée, la petite chatte se mit à accélérer le pas, impatiente de pouvoir chasser. Tout naturellement, la minette décida de se rendre dans la Landes, terres du Clan du Vent et royaume des lapins. Lorsque le fumet caractéristique des guerriers de la lande imprégna sa gueule, Charlie frissonna, cette odeur lui rappelait beaucoup trop Vent Gris, et elle espérait ne pas le croiser aujourd'hui. D'un mouvement de la queue, elle chassa cette idée, la journée était bien trop belle pour qu'elle la ternisse en pensant à ce stupide chat.

Avançant d'un pas léger, la gueule entrouverte, Charlie était aux aguets pour repérer son précieux lapin et aussi vérifier qu'aucun guerrier du Clan du Vent ne se trouvait à proximité. Finalement, elle repéra bien vite un éclair de fourrure blanche ainsi que l'odeur caractéristique qui l'accompagnait. La petite chatte esquissa un sourire, ce lapin ne tarderait pas à être bien au chaud au creux de son estomac. Tandis qu'elle songeait à cela, une autre fourrure blanche jaillit, un autre lapin ? La minette constata bien vite qu'il s'agissait en réalité d'une guerrière au pelage immaculé qui traquait sa proie. Charlie fit la moue lorsque la femelle bondit sur le lapin, le tuant sans aucune difficulté. Visiblement, les guerriers du Clan du Vent n'avaient plus aucun respect, cette chatte venait de lui voler son déjeuner sous ses yeux sans aucun scrupule ! La guerrière fit quelques pas pour s'éloigner avant de se tourner subitement vers Charlie, elle en avait mis du temps pour la remarquer !

"Euh… Tu es sur le territoire du Clan du Vent, tu ne devrais pas être ici. Tu sais… si tu veux éviter les ennuis tu ferais mieux de ne pas venir sur nos terres. Ça pourrait devenir dangereux pour toi si tu croisais d’autres guerriers."

Charlie agita doucement ses oreilles, surprise. Elle s'attenait à ce que la femelle au pelage blanc feule furieusement en lui ordonnant de dégager de ses terres et elle fut étonnée de voir le manque d'assurance avec lequel elle venait de s'adresser à elle. La solitaire fronça les sourcils et pencha la tête de côté, cette chatte semblait avoir autant de cran qu'un apprenti tout juste sorti de la pouponnière ! Pourtant, elle ne semblait pas spécialement jeune, étrange… Charlie ouvrit la gueule pour lui répondre, mais elle n'eut pas le temps d'émettre le moindre son que la chatte du Clan du Vent s'exclama de nouveau, la voix pleine d'inquiétude :

"Tout va bien ? Tu es perdue ? Je peux peut-être t’aider à retrouver ton chemin."

La petite solitaire cligna plusieurs fois de ses grands yeux bleus, depuis quand les guerriers des clans se souciaient de la santé et du devenir des chats errants ? Charlie était assez étonnée du comportement de la femelle, il était rare que les chats des clans se montrent aussi sympathiques avec les solitaires… la minette esquissa un petit sourire, cette guerrière ne semblait pas être méchante pour un sou mais il lui semblait bien que c'était un de ses camarades de clan qui l'avait rendue orpheline. Quel dommage, cette douce guerrière allait payer les pots cassés. Une lueur amusée naquit dans les prunelles bleues de la petite chatte. Elle posa une fraction de seconde ses yeux sur le lapin qui gisait devant les pattes de la femelle avant de reporter son attention sur cette dernière. Bien, tout ceci promettait d'être très amusant.

La lueur joueuse qui brillait dans ses yeux il y'a encore quelques instants disparut complètement, remplacée par un air de profonde détresse. Les oreilles basses, le corps tremblotant, Charlie se recroquevilla sur elle-même, ses pattes avant posées sur son visage, comme pour dissimuler ses yeux. La petite chatte devait avoir l'air bien misérable ainsi mais, c'était le but après tout, attendrir la guerrière, lui faire ressentir de la pitié. Elle se mit à gémir, oh, qui aurait pu résister à une boule de poils aussi désespérée ? Tremblotante, Charlie releva légèrement la tête, implorant du regard la guerrière.

"M-ma, ma mère… elle est morte, ici…"

A peine eut-elle prononcé ces mots qu'un autre gémissement s'échappa de sa gueule. Se roulant en boule sur elle-même, le corps parcouru de spasmes, à l'intérieur, Charlie jubilait. Elle avait toujours été très fière de ses talents d'actrice et elle avait hâte de voir la réaction de la femelle du Clan du Vent.

"Je suis seule, si seule…"

Perce-Neige

Age : 19
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 26
Perce-Neige
Coureuse
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Juil - 15:10
Perce-Neige ne s’attendait pas à ce que la jeune inconnue agisse ainsi. Effectivement, celle-ci commença à trembler et se recroqueviller sur elle même comme si la guerrière avait réveillé en elle un traumatisme. La chatte blanche fut horrifiée à l’idée d’avoir déclenché cette réaction. Elle avait pourtant essayé de ne pas la brusquer et de ne pas l’effrayer. Apparemment c’était raté. Elle se savait assez peu douée en relation mais elle n’avait pourtant pas l’impression d’avoir fait quelque chose de mal. En réalité, Perce-Neige aurait du chasser la jeune chatte dès que celle-ci avait oser mettre une patte sur le territoire de son clan, elle s’était montrée déjà beaucoup trop gentille avec elle. Malgré tout, elle ne pouvait retenir cet instinct protecteur qui la poussait à vouloir aider cette jeune chatte dans le besoin. En apercevant ses grands yeux implorants, Perce-Neige n’hésita plus, elle devait l’aider.

« M-ma, ma mère… elle est morte, ici… »

Perce-Neige dévisagea l’inconnue sans comprendre. Qu’est-ce qu’elle racontait ? Sa mère était morte sur le territoire du Clan du Vent ? Qui avait oser faire une telle chose ? Elle fut sortie de ses pensées lorsque son interlocutrice se roula en boule devant elle et commença à avoir des spasmes. Décidément, la perte de sa mère semblait l’avoir profondément traumatisée et Perce-Neige n’était pas sure de savoir comment l’aider à se sentir mieux. Mais elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas la laisser et l’abandonner dans cet état.

« Je suis seule, si seule… »

En entendant ces mots, le regard inquiet de la guerrière se transforma en un regard triste. Elle imagina à quelle point vivre seule devait être difficile pour elle. Elle posa sa proie et s’approcha de la solitaire. Elle regarda autour d’elle, la lande était calme et un vent doux venait rafraîchir les deux femelles. Ne voyant aucun guerrier, elle estima qu’elle pouvait prendre le temps de discuter avec la nouvelle venue sans se faire surprendre et décida donc de s’asseoir à ses côtés. De près, l’inconnue était encore plus adorable et la guerrière eut beaucoup de mal à se retenir de lui lécher la tête comme le ferait une mère avec sa fille. Plus elle observait la jeune minette et plus elle avait envie de la protéger. Perce-Neige prit le temps de bien choisir ses mots et lui parla tout doucement d’une voix qui se voulait rassurante.

« Je suis navrée pour ta mère, la vie peut être si cruelle, tu as du en vivre des choses difficiles. »

La guerrière la regarda d’un air attristé, elle était sincèrement navrée pour elle, perdre sa mère si jeune devait être très difficile à surmonter. Elle ne lui posa aucune question par rapport à la mort de sa mère de peur de raviver des souvenirs douloureux pour son interlocutrice. Malgré tout, elle ne pouvait s’empêcher de se demander quand une chose pareille s’était déroulée et si son clan avait un quelconque rapport avec cette histoire. Tuer une solitaire semblait tout de même très barbare et ça ne ressemblait pas à l’image qu’elle se faisait des guerriers de son clan. Elle décida quand même de questionner la jeune solitaire le plus délicatement possible.

« Tu es seule depuis longtemps ? » Elle ajouta quelques mots dans le but de la rassurer. « Je ne te veux aucun mal, ne t’en fais pas, je veux juste t’aider. J’imagine à quel point la vie doit être difficile sans personne pour t’aider. N’hésite pas à me dire si tu as besoin de quoique ce soit. »

Charlie

Age : 20
Date d'inscription : 01/05/2019
Messages : 101
Charlie
Solitaire ~ Modette
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Juil - 20:35
Tout semblait fonctionner parfaitement. A l'instant même où Charlie s'était recroquevillée en sanglotant, la guerrière du Clan du Vent avait affiché une mine déconfite voir même horrifiée, visiblement profondément navrée pour la pauvre petite solitaire. Cela avait presque surpris la petite chatte mais elle n'avait rien laissé paraître, elle devait rester dans son rôle de malheureuse orpheline. Il était rare qu'un chat des clans puisse faire preuve d'autant d'empathie, surtout avec un solitaire, sur ses terres de surcroît. Enfin, il devait surement s'agir de l'instinct maternel ou quelque chose comme ça. Charlie n'était pas peu fière de sa prestation, qui aurait envie de s'en prendre à une boule de poils comme elle ? Personne, elle semblait bien trop innocente, sa tristesse transpirait la réalité. Elle comprenait presque la douceur avec laquelle la femelle au pelage immaculé s'adressait à elle. Ah… si seulement la guerrière savait à qui elle avait affaire...  Charlie avait presque pitié d'elle, et dire qu'elle allait se faire avoir comme un chaton ! La minette grise souriait intérieurement, la situation était fort divertissante, elle adorait se jouer des autres, et la chatte blanche était tombée les quatre pattes en avant dans le piège. Tant pis pour elle, cela lui servirait de leçon à l'avenir.

Lorsque la femelle du Clan du Vent s'approcha d'elle, Charlie abaissa encore la tête, feignant d'être intimidée par la guerrière qui, comme bon nombre de félins, la surpassait d'une bonne tête en hauteur. La petite chatte jeta un regard furtif au cadavre du lapin que la guerrière avait laissé derrière elle sans trop se poser de questions. Les choses se passaient extrêmement bien. Etonnée que la femelle s'assoit à côté d'elle, Charlie resta cependant silencieuse lorsqu'elle lui répondit finalement. Elle était donc désolée, cela la fit rire intérieurement. C'était de la faute de ses camarades, ces idiots de chats des clans si sa mère et sa sœur étaient mortes, elle n'avait que faire de ses excuses. Ce lapin qu'elle convoitait tant ne serait rien de plus qu'une maigre consolation, le Clan du Vent lui devait bien cela après tout. Quand la guerrière évoqua sa vie difficile, Charlie hocha timidement la tête, comme pour confirmer ses propos, lui prouver à quel point il était dur de vivre ou plutôt survivre en tant que solitaire, surtout aussi jeune. La chatte blanche posait sur elle un regard triste, elle compatissait au faux malheur de Charlie, c'était touchant.

« Tu es seule depuis longtemps ? » Elle ajouta quelques mots dans le but de la rassurer. « Je ne te veux aucun mal, ne t’en fais pas, je veux juste t’aider. J’imagine à quel point la vie doit être difficile sans personne pour t’aider. N’hésite pas à me dire si tu as besoin de quoique ce soit. »

Charlie se redressa légèrement, posant son regard azuré sur la guerrière qui avait toute son attention portée sur la solitaire. Ses yeux dérivèrent une fraction de seconde sur le lapin, il n'était qu'à quelques longueurs de queue d'elle. La solitaire était une chatte rapide et vive, allié à cela la surprise qu'éprouverait la guerrière, elle avait toute ses chances de récupérer ce lapin avant que la chatte blanche ne puisse faire quoi que ce soit. Et elle le voulait ce lapin, son ventre commençait presque à gronder, elle voulait se nourrir elle aussi après tout ! La petite chatte au pelage gris se redressa encore un peu pour se mettre en position assise, son oreille retomba aussitôt sur l'un de ses yeux, comme bien souvent. L'air misérable qu'elle affichait encore quelques instants disparut bien vite, remplacé par son sourire malicieux habituel. Un éclat joueur s'illumina dans ses grands yeux bleus tandis qu'elle penchait légèrement sa tête de côté. Son changement d'attitude étonnerait certainement la guerrière et c'était tout ce qu'elle espérait.

« En effet, j'aurais bien besoin de quelque chose. »

Son sourire s'élargit, la lueur malicieuse dans ses yeux s'intensifia. La petite chatte adressa un clin d'œil à la femelle du Clan du Vent avant de bondir en avant, vive comme l'éclair. Son doux pelage frôla celui de la guerrière immaculée, tandis qu'elle atterrissait derrière elle. En deux bonds, le lapin se retrouvait devant ses pattes. Charlie s'abaissa rapidement, attrapant la dépouille entre ses crocs avant de s'éloigner encore de la guerrière, histoire d'éviter des représailles trop rapides. L'odeur alléchante de l'animal et la sensation de chaleur entre ses crocs la firent saliver, la solitaire avait hâte de se remplir l'estomac avec ce lapin bien dodu. Se tournant vers la guerrière, Charlie lui jeta un regard amusé, la pauvre femelle devait se demander ce qui était en train de lui arriver, à moins qu'elle ait immédiatement compris la supercherie et qu'elle soit désormais en colère ? Enfin, Charlie s'en fichait un peu, elle avait réussi son coup, c'était tout ce qui importait. La solitaire posa le lapin devant elle, mettant une patte dessus, n'hésitant pas à sortir les griffes pour montrer que, désormais, cette proie était à elle.

« Merci pour le lapin, la prochaine fois que j'aurais la flemme de chasser je te ferais signe, tu pourras encore m'aider ! »

Charlie ria joyeusement, cette journée était fort amusante.

Perce-Neige

Age : 19
Date d'inscription : 16/06/2019
Messages : 26
Perce-Neige
Coureuse
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Juil - 15:12
Perce-Neige était sincèrement triste pour la jeune chatte. Elle ne se voyait pas une seule seconde la chasser du territoire du Clan du Vent, même si ça allait à l’encontre de ce qu’on lui avait appris. Après leur conversation, elle prendrait tout de même le temps de la raccompagner jusqu’à la frontière et de bien lui expliquer qu’elle ne devrait plus revenir à l’avenir. Mais pour le moment, tout ce qui désirait la guerrière c’était de l’aider.

Pendant quelques instants, elle attendit la réponse de l’étrangère. Allait-elle se confier à elle ? Perce-Neige en aurait été honorée, après tout, il n’est pas facile de donner sa confiance à une inconnue, encore moins de parler d’un passé possiblement douloureux. Mais à sa plus grande surprise, la petite chatte changea subitement d’attitude. Celle-ci s’était redressée et regardait désormais la guerrière d’un air malicieux. Perce-Neige fronça le museau, elle ne comprenait pas, toute la tristesse de la solitaire semblait avoir disparu. Pourtant, elle lui avait paru si misérable quelques instants plus tôt.

« En effet, j'aurais bien besoin de quelque chose. »

La guerrière ouvrit grand les yeux, pleine d’espoir, la jeune chatte avait finalement décidé d’accepter son aide. Mais il y avait tout de même quelque chose qui la dérangeait. Effectivement, l’inconnue ne semblait plus du tout être dans le besoin, elle avait même l’air de se sentir très bien. Elle lui lança un clin d’œil et avant même d’avoir le temps de réagir, la solitaire avait attrapé le lapin que la guerrière avait tué plus tôt. Perce-Neige ne put s’empêcher de sortir les griffes tout en s’accroupissant, prête à bondir à la poursuite de la voleuse. Celle-ci s’arrêta et se retourna vers la guerrière, elle semblait fière de son coup. Perce-Neige lui rendit un regard mauvais, en lui volant sa proie, elle privait un membre de son clan de nourriture. Elle avait du mal à croire que la jeune femelle l’avait dupée ainsi, elle n’aurait jamais dû lui faire confiance. En la voyant poser sa patte fièrement sur sa proie, les muscles de la guerrière se contractèrent un peu plus. Elle feula, toute sa compassion et sa gentillesse avait disparu, elle n’aimait pas l’idée qu’on l’ait utilisée ainsi. La femelle blanche se savait capable d’attraper la voleuse si celle-ci tentait de fuir et elle lui ferait regretter d’avoir osé la manipuler de cette façon.

« Merci pour le lapin, la prochaine fois que j'aurais la flemme de chasser je te ferais signe, tu pourras encore m'aider ! »

Étonnamment, sa phrase calma la guerrière, qui se redressa et regarda son interlocutrice d’un air sévère mais détendu. Tout le monde était dans le besoin, même si le clan passait avant tout, Perce-Neige savait qu’un lapin ne ferait aucune différence, surtout lors de la Saison des Feuilles Vertes. Si les proies manquaient, elle n’aurait pas hésité à récupérer son dû mais en ce moment le clan était suffisamment nourri. Elle pouvait donc se montrer indulgente pour cette fois. La guerrière ignora le rire très énervant de la jeune femelle en serrant les crocs et lui adressa quelques mots d’un ton qu’elle espérait calme mais qui était en réalité plutôt tendu.

« Garde-le, mais seulement pour cette fois. Tu peux trouver de nombreuses proies sans avoir à venir sur le territoire du Clan du Vent et j’imagine que tu es capable de les chasser sans venir abuser de ma gentillesse. Mon clan a besoin de ses proies, nous ne pouvons pas nous permettre de partager. » La guerrière regarda son interlocutrice droit dans les yeux d’un air hostile et continua mais en parlant beaucoup plus sévèrement. « Mais sache que la prochaine fois que je te croise sur le territoire de mon clan, je serai beaucoup moins indulgente et je te ferai regretter d’être revenue. »

La guerrière se redressa et s’approcha de la jeune femelle. Elle s’arrêta quelques instants à côté d’elle et la dévisagea. Elle était attristée de savoir que l’inconnue soit amusée par ce genre de ruse. Elle repensa à la rapidité dont avait fait preuve la solitaire, elle avait surpris la guerrière. Elle était sans doute une très bonne chasseuse. Avec un peu plus de savoir vivre et un peu moins d’égoïsme, elle aurait sans doute fait une bonne guerrière au sein d’un clan. Perce-Neige s’éloigna de la jeune femelle et lui lança quelques mots sans la regarder.

« Suis-moi, je te raccompagne à la frontière. Je n’ai pas envie de me battre alors, s’il te plaît, fais ce que je te demande. Et dépêche-toi, je dois encore chasser après, j’ai des bouches à nourrir autre que celle d’une flemmarde, aussi adorable qu’elle soit. »

Sur ces derniers mots, elle se retourna vers son interlocutrice en secouant ses moustaches d’un air amusé. Elle savait qu’elle devait rester sur ses gardes mais c’était plus fort qu’elle. Perce-Neige n’arrivait jamais à rester fâchée très longtemps, surtout pas contre une petite chatte aussi adorable.

Charlie

Age : 20
Date d'inscription : 01/05/2019
Messages : 101
Charlie
Solitaire ~ Modette
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Juil - 11:36
Lorsque le feulement féroce de la guerrière immaculé résonna dans la lande, Charlie poussa un petit rire amusé. Bien. La guerrière du Clan du Vent venait de comprendre qu'elle s'était faite duper, qu'elle était tombée tête la première dans le piège de la petite solitaire, trop attendrie par ses grands yeux bleus et son air misérable. La minette au pelage gris était plutôt satisfaite de son petit tour, elle n'avait rien perdu de ses talents de comédienne visiblement, c'était plutôt rassurant de savoir que même les vétérans des clans pouvaient se faire avoir par une chatte qui serait tout juste devenue guerrière. Et visiblement, la femelle de la Lande n'avait pas semblé apprécier le petit jeu de Charlie, quel dommage… elle, elle s'était bien amusée. La guerrière lui décochait un regard mauvais. Toute la compassion et la douceur qui transparaissaient quelques instants plus tôt avaient fui le regard bleuté de la guerrière. Elle semblait presque prête à sauter sur la petite solitaire pour récupérer son dû. Les muscles bandés, le regard mauvais, la gentille guerrière du Clan du Vent était presque méconnaissable. Charlie émit un autre petit rire, il était amusant de constater à quel point il avait été facile de mettre en rogne cette femelle si douce et calme en apparence.

Le lapin toujours sous l'une de ses pattes, Charlie défiait la femelle blanche du regard. Si elle souhaitait récupérer sa proie, elle devrait attraper la petite solitaire. Et ça, cela ne serait pas une mince affaire. La minette grise sortit les griffes de sa patte avant, les plantant dans la chair du lapin, encore chaud sous ses coussinets, resserrant son étreinte sur ce qui était désormais son futur repas. Un petit sourire narquois sur les babines, Charlie continuait de défier la femelle du regard, ses yeux bleus brillant d'insolence et d'assurance. Sa queue grise et blanche s'agitait doucement, elle semblait paisible en apparence mais, à tout moment, la solitaire était prête à déguerpir, bondir en avant ou rouler sur le côté pour éviter l'assaut de la femelle du Clan du Vent. Elle ne laisserait pas ce lapin lui échappait, et la guerrière ne pourrait pas la rattraper, Charlie était bien trop sûre d'elle à ce niveau là. Cependant, au plus grand étonnement de la petite chatte, la femelle blanche sembla se détendre. La lueur mauvaise qui brillait dans ses yeux s'éteignit, remplacée par une mine sévère, mais plus furieuse. Elle se redressa légèrement pour toiser la chatte grise - ce qui n'était pas vraiment compliqué vu sa petite taille -. Charlie pencha légèrement sa tête de côté, étonnée, une de ses oreilles retombant sur son œil, à quoi pouvait bien penser la guerrière du Clan du Vent ?

« Garde-le, mais seulement pour cette fois. Tu peux trouver de nombreuses proies sans avoir à venir sur le territoire du Clan du Vent et j’imagine que tu es capable de les chasser sans venir abuser de ma gentillesse. Mon clan a besoin de ses proies, nous ne pouvons pas nous permettre de partager. Mais sache que la prochaine fois que je te croise sur le territoire de mon clan, je serai beaucoup moins indulgente et je te ferai regretter d’être revenue. »

Charlie cligna plusieurs fois des yeux, surprise. Était-ce une ruse ? La guerrière du Clan du Vent espérait-elle que la solitaire baisse la garde avec ses paroles pour pouvoir récupérer son bien ? La lueur qui brillait dans les prunelles de la chatte blanche semblait sincère, la chatte ne devait pas posséder les talents de comédiennes de la solitaire enfin, elle n'en avait montré aucun depuis leur rencontre. La solitaire se détendit donc, un petit sourire satisfait se dessina sur son visage. Elle rentra les griffes, relâchant un peu sa prise sur le lapin, il ne fallait pas trop l'abîmer, elle ne voulait pas manger de la viande maltraitée par ses griffes, cela ne serait pas agréable. Enfin, Charlie devait avouer que la guerrière au pelage blanc était un peu plus agréable que les autres chats des clans qu'elle avait pu croiser, surtout en comparaison avec les félins du Clan de l'Ombre. La minette songea quelques instants à la guerrière écaille de tortue qu'elle avait rencontré dans la forêt de pins du Clan de l'Ombre. Quelle chatte stupide… Enfin, Charlie espérait la recroiser un jour, juste pour avoir le plaisir de lui voler du gibier sous son museau, cela ferait surement enrager cette chatte idiote.

La suite de sa phrase agaça cependant un peu la petite chatte grise. La femelle n'avait aucun ordre à lui donner. Elle était ici chez elle, comme elle était chez elle dans la forêt du Clan du Tonnerre ou les marécages du Clan de l'Ombre. Et le Clan du Vent plus que tous les autres lui devait bien ce lapin, ce n'était qu'une maigre consolation face à la douleur qu'elle avait ressenti lorsque sa sœur et sa mère l'avaient quittées. Charlie ricana mais ne dit rien, les menaces et avertissements de son interlocutrice ne lui faisaient guère d'effet, elle serait bien vite de retour dans la Landes n'en déplaise à certaines. La minette se continua donc de rire sans rien dire, elle avait son lapin, c'était tout ce qui comptait.

« Suis-moi, je te raccompagne à la frontière. Je n’ai pas envie de me battre alors, s’il te plaît, fais ce que je te demande. Et dépêche-toi, je dois encore chasser après, j’ai des bouches à nourrir autre que celle d’une flemmarde, aussi adorable qu’elle soit. »

Docilement, Charlie ramassa donc sa proie avant de se rapprocher de la guerrière du Clan du Vent. Elle n'avait aucune intention de se battre, elle n'en avait pas les capacités de toutes façons, elle le savait très bien. Une lueur amusée dansant dans ses prunelles bleues, Charlie attendit donc bien sagement devant la femelle, le lapin pendant dans sa gueule. Cela devait être frustrant pour la femelle de voir sa proie appartenant désormais à une autre… Tant pis pour elle, cela lui apprendra à se montrer plus méfiante avec les étrangers. Cette dernière la guida donc jusqu'à la frontière de ses terres. Même sans elle, Charlie n'aurait eu aucun mal à trouver son chemin mais elle préféra ne rien dire, il était mieux que cette chatte soit ignorante vis à vis des connaissances de la petite solitaire.

« Tu sais, je ne comptais pas me battre avec une guerrière aussi impressionnante que toi de toutes façons, je n'en ai pas les capacités, je ne suis qu'une orpheline je te rappelle… en tout cas j'ai été ravie de faire ta connaissance, au plaisir de te recroiser dans la Landes ! »

Charlie s'inclina légèrement devant la guerrière avant de passer au delà du marquage. Elle adressa un dernier clin d'œil à la femelle avant de se rendre aussitôt dans la forêt, là où elle pourrait enfin déguster calmement son lapin si durement récupéré.

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: